loading

Sitemap x

Le conflit en Palestine
une guerre de représailles

d
scroll

C’est dans la bande de Gazaque le conflit israélo-palestinien apparaît le plus comme une voie sans issue

Au sein de cette bande côtière isolée survivent
1,7 million de personnes sur une surface de 360 kilomètres carrés.

Les civils palestiniens, et surtout les enfants et les malades, souffrent aussi bien du Hamas que du blocus israélien. En Cisjordanie, les zones palestiniennes habitées sont étouffées par les colonies juives et les zones de blocus militaire. Bien que l’Assemblée générale des Nations unies ait octroyé le statut d’État observateur à la Palestine en novembre 2012, les parties en conflit sont très loin de parvenir à une «solution fondée sur la coexistence de deux États».

Les questions clés du conflit sont en suspens depuis la partition de la Palestine et la première guerre du Proche-Orient en 1948. Elles ont trait à l’occupation, aux frontières, au droit des eaux, ainsi qu’au retour et à l’indemnisation des réfugiés.

Sites

Israël
Siège du gouvernementJerusalem
Population7,7 millions d’habitants (2013)
Langue nationalehébreu, arabe
Espérance de vie81,1 ans
PIB par habitant32 800 dollars US (2012)
Palestine
Capitale administrativeRamallah
Population1,7 million d’habitants (bande de Gaza), 2,676 millions d’habitants (Cisjordanie), (2013)
Languearabe
Espérance de vie~ 75 ans
PIB par habitant2900 dollars US (2008)
Tel Aviv vKongo rColombie

Stéphanie Eller - Déléguée CICR Israël

Stéphanie

Stéphanie Eller, 28 ans, commence son activité au service du CICR fin 2012. Cette Lausannoise a toujours rêvé de travailler à l’étranger pour le CICR.

vKongo rColombie

Population sur place

vKongo rColombie

Hani t. Al-Sawada, Anna Rivkin, Suhair Zarrout et Said Aref Shaath travaillent pour le CICR en Israël et dans les territoires palestiniens occupés. La Française Claire Decobecq et son mari sont allés s’établir à Tel Aviv. Ils relatent leur quotidien au cœur de ce conflit qui dure depuis des décennies.

Qu'avez-vous dans vos poches?

De quoi êtes-vous particulièrement fier?

Qu’est-ce qui vous rend heureux?

Qu'est-ce qui vous préoccupe?

Quel futur imaginez-vous pour vos enfants?

Le conflit

La guerre de propagande que se livrent le gouvernement israélien, le Hamas dans la bande de Gaza et l’Autorité palestinienne à Ramallah, en Cisjordanie, relègue souvent la souffrance réelle du peuple au second plan.

Pour l’heure, rien ne laisse présager la fin de la crise humanitaire.

Dans la bande de Gaza, sous blocus israélien depuis 2007, plus de 70% de la population dépend de l’aide humanitaire.

Historique des évènements marquants

1947 partition de la Palestine partition de la Palestine
Le 29 novembre 1947, l’Assemblée générale des Nations unies adopte la résolution 181, qui prévoit la partition de la Palestine, territoire sous mandat britannique, en un État juif et un État arabe. Le futur État d’Israël, dont la population de quelque 900 000 personnes représente à peine la moitié de celle de la Palestine, doit ainsi recevoir 56% du pays.
1948 fondation de l’État d’Israël, première guerre du Proche-Orient fondation de l’État d’Israël, première guerre du Proche-Orient
David Ben Gourion proclame l’État indépendant d’Israël à Tel Aviv et garantit la citoyenneté israélienne aux habitants palestiniens. Une grande partie de la population arabe a déjà fui. La première guerre du Proche-Orient éclate. L’Égypte, la Syrie, la Transjordanie, le Liban et l’Irak attaquent Israël.
1956 guerre de Suez, deuxième guerre du Proche-Orient guerre de Suez, deuxième guerre du Proche-Orient
Début de la deuxième guerre du Proche-Orient (guerre de Suez). Israël, la Grande-Bretagne et la France attaquent l’Égypte. Sous la pression de l’URSS, qui brandit la menace nucléaire, puis de celle des États-Unis, les troupes se retirent d’Égypte. La guerre de Suez sonne le glas de l’influence britannique et française dans la région.
1964 fondation de l’OLP fondation de l’OLP
Le premier Congrès national palestinien se tient à Jérusalem-Est. Les délégués fondent l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). En 1969, Yasser Arafat, élu président du mouvement Fatah l’année précédente, prend aussi la présidence de l’OLP et la conservera jusqu’à sa mort, en 2004.
1967 guerre des Six Jours, troisième guerre du Proche-Orient guerre des Six Jours, troisième guerre du Proche-Orient
Au cours de la troisième guerre du Proche-Orient, les forces armées israéliennes occupent la Cisjordanie, Jérusalem-Est, la bande de Gaza et avancent sur la péninsule du Sinaï. Plus tard, les troupes israéliennes occupent la rive est du canal de Suez et le plateau du Golan syrien.
1973 guerre du Kippour, quatrième guerre du Proche-Orient guerre du Kippour, quatrième guerre du Proche-Orient
À l’occasion du Kippour, le jour le plus saint de toutes les fêtes juives, la Syrie et l’Égypte lancent une attaque contre Israël. En moins de deux jours, bien que prise par surprise, l’armée israélienne mobilise toutes ses troupes. Le Conseil de sécurité de l’ONU appelle l’Égypte, Israël et la Syrie au cessez-le-feu. Ils déposent les armes sous la pression des États-Unis et de l’Union soviétique.
1987 première Intifada première Intifada
Dans la bande de Gaza, une manifestation tourne mal: de jeunes Palestiniens jettent des pierres et des cocktails Molotov sur des postes armés et l’un d’eux est abattu par des soldats israéliens. Les manifestations provoquent un soulèvement qui touche tous les territoires palestiniens et se poursuit jusqu’en 1993.
1993 - 1994 accords d’Oslo accords d’Oslo
Le président palestinien Yasser Arafat et le premier ministre israélien Yitzhak Rabin conviennent de la reconnaissance mutuelle d’Israël et de l’OLP. L’administration de Gaza et de Jéricho en Cisjordanie est confiée à une autorité nationale palestinienne. Yasser Arafat transfère son quartier général à Ramallah.
2000 seconde Intifada 
 seconde Intifada
La visite du chef du Likoud, Ariel Sharon, sur le Mont du Temple à Jérusalem, le troisième lieu le plus saint de l’Islam, déclenche de graves troubles. La seconde Intifada commence. Après plusieurs attentats suicides, Ariel Sharon, devenu entre-temps premier ministre, permet la réoccupation les territoires évacués à la suite des accords d’Oslo.
2003 «Feuille de route» «Feuille de route»
Le quatuor du Proche-Orient (États-Unis, UE, ONU et Russie) propose une «Feuille de route» pour mettre fin au conflit au Proche-Orient et une «solution à deux États» d’ici 2005. Les Nations unies condamnent la construction du mur de protection autour de la Cisjordanie.
2005 retrait de la bande de Gaza retrait de la bande de Gaza
Après 38 ans d’occupation, l’armée israélienne se retire de la bande de Gaza. Des milliers de colons sont évacués, de gré ou de force.
2006 - 2007 le Hamas dans la bande de Gaza – Enlèvement de Gilad Shalit le Hamas dans la bande de Gaza – Enlèvement de Gilad Shalit
Le Hamas gagne les élections de 2006 contre le Fatah au pouvoir. En 2007, le Hamas prend le pouvoir militaire dans la bande de Gaza.
2008 - 2009 guerre de Gaza (opération «Plomb durci») guerre de Gaza (opération «Plomb durci»)
Après des tirs de roquettes du Hamas, la force aérienne israélienne bombarde la bande de Gaza, avant de déployer des forces terrestres. L’armée se retire à nouveau début 2009.
2012 attaques aériennes sur Gaza («opération Colonne de nuée») attaques aériennes sur Gaza («opération Colonne de nuée»)
L’armée lance des attaques aériennes suite aux roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers des zones israéliennes.
2013 guerres civiles et changement de pouvoir dans les pays limitrophes guerres civiles et changement de pouvoir dans les pays limitrophes
En mai, Israël célèbre le 65ème anniversaire de la création de son État. Après le putsch militaire en Égypte et la guerre civile en Syrie, la situation au Proche-Orient est plus instable et dangereuse que jamais.

Mission

Le CICR, dans son rôle de médiateur neutre, n’est pas toujours le bienvenu dans le conflit du Proche-Orient. Dans cette guerre, la souffrance de la population civile est toujours détournée à des fins de propagande.

vKongo rColombie
«Ça a surtout été une confirmation, parce que quand on a fait tellement d’années d’études, des petits jobs d’étudiants non payés et des stages non rémunérés, de pouvoir enfin faire ce qu’on a toujours voulu, ce qu’on aime et en plus très bien rémunéré, c’est un rêve… Et c’était vraiment une confirmation pour moi que c’était ce que je voulais faire. C’est un peu un challenge, il faut s’adapter, toujours réfléchir en amont. Il y aussi les liens humains que l’on crée dans ce travail. C’est vrai, j’adore ce que je fais.»
Stéphanie Eller, CICR Déléguée Israël
www.icrc.org/israel
Afghanistan Colombie Israël Rép. Dém. du Congo Suisse
x
Hector Cordoba Lozano - Wann sind Sie glücklich?
IKRK-Mitarbeiter